ÉVÈNEMENTS

Nos évènements et relâchés publics à venir.

Nos évènements et relâchés publics à venir.

  • Relâché "agricole" d’oiseaux sauvages de l’HFS lundi 26 août à Corbès (30) -

    JPEG - 50.7 ko

    Ça y est,

    Après la folie d’un été caniculaire à l’Hôpital Faune Sauvage et l’arrivée plus de 1000 accueils en juillet en faune sauvage urbaine pour la plupart (martinets et hirondelles), réfugiés climatiques qui sont sortis des nids car bien trop chaud sous les toits, voici les relâchés des jeunes rapaces tombés des nids eux aussi trop vite, ayant perdu leurs parents, qui se musclent chaque jour un peu plus, se préparent à la sortie au grand air.

    Venez les saluer, les accueillir, les supporter, car c’est loin d’être le Paradis pour tous que de vivre à nos côtés, dans notre fébrilité hyperactive qui chauffe la planète à tous les étages et en rétrécit les oasis où il faisait si bon vivre, et les uns et les autres.


    Notre prochain Rendez-Vous public est lundi 26.8, à Corbès chez notre jeune ami berger Thomas Marcilly.
    RV à 19 H à la rencontre des troupeaux et de ceux qui en prennent soin, dans notre territoire magnifique dont nous avons tous aussi le soin et la responsabilité.
    Slow life, Slow agriculture en résistance... Tant de choses à partager, à connaître, à apprendre, à aimer pour changer d’urgence...

    JPEG - 128 ko
    affiche relâchés 26 8 19 Marcilly

    D’autres RV de relâchés "agricoles" prévus avec des agriculteurs et des éleveurs qui prennent soin de nous et de la nature :

    Mardi 27.8 à 19 H à LASALLE 30 chez J et Chérif Khentous, agriculteurs bio,

    JPEG - 129.7 ko
    affiche relâchés 27 8 19 Khentous

    Puis d’autres relâchés publics
    Mercredi 28.8 à l’Ermitage à ALES 30 avec la MNE-RNE 30 à 18 H, comme chaque année...

    JPEG - 148.7 ko
    affiche relâchés 28 8 19 Alès

    et Vendredi 30.8 à la BAMBOUSERAIE de PRAFRANCE à 17 H 30

    JPEG - 142.5 ko
    affiche relâchés 30 8 19 Bambouseraie

    D’autres suivront encore, suivez-nous, suivez les !
    Ils le valent tant ces valeureux de la biodiversité de notre planète qui chauffe, qui chauffe, qui chauffe avec l’humanité qui laisse le vide derrière son passage.
    Urgent d’agir, de ralentir et de faire corps, de dialoguer avec toute cette beauté du monde dont on ne se passera pas.

    Merci pour eux.


    Ici en anglais le rapport du 8.8.19 du GIEC sur le climat : URGENCE PLANÉTAIRE répétée et reniée depuis des décennies. Nous allons peut-être l’entendre. Les animaux nous le montrent.

    RALENTISSEZ, REFROIDISSEZ LES MACHINES, pas seulement vos habitacles, mais ceux de tous avec et grâce à qui la vie est belle, VIVEZ HEUREUX la planète vous le demande...
    Tous ces fragiles vies sensibles, hiboux, chouettes, milans, rouge-queues, bergeronnettes, hirondelles, martinets, buses, faucons,... tous ces âmes animales qui passent entre nos mains et aux côtés desquels nous dédions nos vies mêlées, vous le demandent, vous implorent.

    Ils sauront le dire avec leurs yeux mouillants, bien mieux que nous, vous imposant le respect. Regardez-les partir confiants, écoutez-les, ces étranges étrangers, sans papiers, sans frontières, aux langues si étrangères à nos oreilles d’hommes, aux ailes d’ange, qui sont nous aussi, notre seule famille, au moins autant que nos enfants.

    "La vie est belle, si belle" dit l’oiseau... secoue ses ailes, nous remercie et il s’en va, il s’envole.

    Suivez-les, ne les oubliez plus jamais, connectés avec la nature que nous sommes tous.
    Vous verrez, vous n’en reviendrez plus, vous n’en reviendrez pas.

    Essayez la bienveillance, la non-violence, cela peut nous porter chance à 10 milliards d’hommes sur la terre. Quelle chance de vivre là où nous vivons, là où nous en sommes arrivés tous en ces années magiques. Et que chaque jour, que chacun de nous produise plus de vie qu’il n’en consomme, attentionné à l’ordre des choses, de ces immenses petits détails qui changent la vie.

    Venez les les saluer, tous ces invisibles, avec qui nous vivons, et sans qui la vie est tout simplement IMPOSSIBLE.

    Merci pour eux.

    JPEG - 172.4 ko

    Allez grande lecture vivifiante d’été : "Les Oiseaux"©, de G Zullo et Albertine, presque sans paroles... Tout y est !

    Achetez-le, offrez-le et s’il fallait n’en garder qu’un comme viatique, c’est celui ci, immense petit détail qui change le monde.

    Yes we can, sans attendre personne. Nous sommes libres, au moins autant que ces immenses petits détails qui apparaissent, nous accompagnant désormais. Comme tous les martinets éloignés pour un temps de nos cités. Pensez à eux.

    JPEG - 100 ko
    JPEG - 129 ko
    JPEG - 120.2 ko
    JPEG - 126.5 ko

    ... lisez, achetez le livre, je sème ici quelques mots pour ne pas perdre le fil, vous donner le goût de le lire en vrai...

    "Ils possèdent cependant un petit quelque chose de plus que tous les autres jours.

    Pas grand chose.

    Un petit détail.

    La plupart du temps, on ne remarque même pas ce petit détail.
    Car les petits détails ne sont pas faits pour être remarqués.

    JPEG - 123.6 ko

    Et quand on se donne le temps de les chercher.

    Les petits détails apparaissent.

    Ici ou là.

    JPEG - 107.9 ko
    JPEG - 127.7 ko

    Qu’ils en deviennent immenses.

    JPEG - 90.5 ko
    JPEG - 101.5 ko
    JPEG - 107.9 ko
    JPEG - 115.3 ko
    JPEG - 96.2 ko

    Merci à vous aussi, Albertine et Germano, immensément.
    Continuez à nous émerveillez.

    Et nous tous, changez le monde, soyez le monde que vous voulez vivre et enrichir de vos actions... tant de trésors à partager que nous n’avons pas encore pris le temps de chercher.

    Bon été.

  • Le 1er FESTIVAL des MARTINETS a eu lieu en 2018 à LAROQUE, le prochain sera en 2020 entre Montpellier et Ganges -

    JPEG - 299 ko

    le PREMIER FESTIVAL
    DES MARTINETS
    s’est déroulé le SAMEDI 4 AOUT 2018 à LAROQUE

    avec déjà un Rendez Vous pour JUIN 2020 avec

    le 2ème FESTIVAL des MARTINETS et MANGEURS DE MOUSTIQUES *- MOSQUITEROS - à GANGES et MONTPELLIER que nous organiserons avec Gérard Gory et un programme sur deux jours, dont une conférence internationale des chercheurs européens qui travaillent sur cette espèce et un programme "scolaires" et "grand public"

    * LES QUATRE MANGEURS DE MOUSTIQUES URBAINS... QUI EN PRENNENT PLEIN LA CANICULE 2019 DES VILLES DEVENUES INVIVABLES... QUI SE PLAIGNENT DÉJÀ DES MOUSTIQUES :)

    L’ENTENTE INTERNATIONALE DE DÉMOUSTICATION (EID) A BESOIN DE TOUTE VOTRE ATTENTION : SANS EUX, NOUS SOMMES PERDUS !

    * les 4 mousquetaires urbains sont : le Martinet Noir, l’Hirondelle de Fenêtres, l’Hirondelle Rustique et bien sûr, les Chauves-Souris...
    et bien d’autres aussi (nous n’oublions aucun Rouge Queues, Moineaux, Bergeronnettes, Merles, Fauvettes, etc.. si hyper actifs mangeurs d’insectes.)

    Nous suivre donc en 2020, mais pour l’heure, 2019, venez les nourrir et les soutenir sans attendre une meilleure résolution qui tarde toujours :) C’est l’année du martinet !

    2018, pour ce 1er Festival des Martinets, ce fut sur plusieurs rendez-vous que nous avons retrouvé Gérard Gory et les martinets.
    - observation des vols de martinets et autres mangeurs de moustiques de l’été
    à la recherche des "trois mousquetaires", martinets et hirondelles, puis nous avons relâché 25 jeunes martinets noirs.

    JPEG - 386.6 ko
    Gérard Gory au relâché de martinets 4.8.18 Pont Vieux Ganges
    JPEG - 347.1 ko
    G Gory (à D) et M Roche au relâché de Martinets noirs le 4.8.18

    Quand on sait qu’ils ne vont plus se poser durant 3 à 4 ans avant de revenir pour se reproduire... chapeau les oiseaux !

    JPEG - 49.6 ko
    la vie des martinets, toujours en mouvement...

    - puis en soirée il y a eu un atelier nourrissage des derniers jeunes martinets en soin
    exceptionnellement délocalisé depuis l′Hôpital de la Faune Sauvage

    JPEG - 254 ko
    atelier Martinet au 1er Festival Martinet 2018
    JPEG - 211.7 ko
    festival Martinets 2018 atelier nourrissage avec Gérard Gory et Goupil Connexion
    JPEG - 207.8 ko
    nourrissage martinet

    - et une TABLE RONDE / CONFÉRENCE avec l’intervention exceptionnelle de Gérard Gory, « Monsieur Martinet », chercheur fantastique du muséum de Nîmes.

    Nous avons la chance en France, à Nimes qui plus est, d’avoir le seul chercheur en martinets qui a plus de 40 ans de suivi de la plus grande colonie de ces oiseaux (après Oxford...), qui, de plus est, un orateur passionné et passionnant à transmettre ses connaissances sur ces oiseaux vivant plus de 30 ans et volant plus de 15 millions de km toute leur vie durant ne se posant que pour élever leurs jeunes...

    Oiseaux avant tout des oiseaux urbains, nous nous devions à Ganges de continuer de fêter l’été sous le signe des martinets et de continuer de dialoguer et d’apprendre encore beaucoup de choses de nos petits princes noirs de l’été.

    Cette année près de 500 martinets noirs ont été accueillis à l’HFS !

    Ici des illustrations d’une conférence qui présentait le livre « Martinet noir : entre ciel et pierre » (2014) Genton/Jacquat, éminents martinetologues suisses qui viendront lors du IIème Festival des Martinets 2020 à Montpellier et Ganges.

    JPEG - 53.7 ko
    Genton Jacquat - Séminaire 2014

    — -

    JPEG - 54.8 ko
    Genton Jacquat 2014 - Nourrissage

    Nourrissage naturel d’un adulte revenant avec 2 g d’un bol alimentaire fait de moustiques et insectes chassés au vol... Un jeune oiseau va ingurgiter environ son poids dans la journée. Ce qui signifie que 2 parents pour 2 jeunes font 40 voyages - nourrissage chacun / jour. À Nimes il y a environ 2, 5 jeunes oiseaux à l’envol.

    La vie des martinets qui ne se posent que pour la reproduction... Plus de 15 Millions de Km parcourus dans une vie qui peut aller jusqu’à 30 ans.

    L’Hivernage des martinets Suédois :

    JPEG - 44.9 ko
    Genton Jacquat 2014 - Hivernage avec GPS

    L’habitat naturel du martinet noir : ici en forêt finlandaise, dans des trous de pic...

    JPEG - 84.7 ko
    Genton Jacquat 2014 - L’habitat naturel avant les villes

    Ici en falaise aussi, habitat naturel dans des fissures, cavités sombres.

    JPEG - 90.9 ko
    Genton Jacquat 2014 - L’habitat naturel en falaise

    C’était avant que les hommes ne se mettent à construire des tours, villages, maisons hautes... Les constructions humaines ont très vite attiré l’espèce, comme cette tour en Italie.

    JPEG - 47.4 ko
    Genton Jacquat 2014 - Tour à martinets en Italie (photo B Genton)

    Ou des maisons suisses ou allemandes, aménagées de plus pour les martinets :

    JPEG - 92.2 ko
    Genton Jacquat 2014 - Colonies en Suisse et en Allemagne

    Enfin, ici des idées d’aider l’espèce en aménageant dans ses habitations et constructions des possibilités pour eux de nicher :

    JPEG - 51.1 ko
    Genton Jacquat 2014 - Nichoirs

    Séquence cohabitation.


    @ suivre donc ! Bonne fin d’été et suivez les, ils volent haut ces jours-ci...

    Association Goupil Connexion et l′Hôpital de la Faune Sauvage www.goupilconnexion.org

  • La super famille recomposée de quatre jeunes blaireaux en pleine forme sortant de l’HFS a retrouvé la liberté dans un coin de paradis :) -

    Ça y est : plus de suspens, tout est bien qui finit bien pour nos quatre mustélidés soignés et sortis d’affaire : ils sont LIBRES, comme vous et nous.
    Longue vie à tous.
    Et à très bientôt, la question se reposant chaque année pour tous ces mal-aimés de la nature à qui il faut et faudra dès l’année prochaine trouver et développer des lieux de vie apaisés.

    Restons en contact.

    Si vous voulez aider concrètement, physiquement, financièrement, n’hésitez plus.
    C’est le moment. Une seule vie nous avons, tous et chacun de nous, à contribuer par nos actions à changer des manières de vivre devenues invivables pour trop de monde. C’est génial ! Nous pouvons agir, chacun est maître de sa vie, n’oubliez pas. Chaque minute, chaque mot, chaque minuscule action comptent. Bienveillance et responsabilité accrue, chacun à son niveau, et hop le monde bouge et change en tellement mieux qu’on n’en reviendra plus jamais à l’ancien triste casting qu’on essayait de faire avaler aux enfants. Yes we can...

    Merci à tous pour cette belle chaîne de bienveillance qui n’arrêtera plus. Nous n’en reviendrons pas de tout ce que l’on aura fait bouger, car ce n’est pas à coût - à coup de ministres que la France sera à la hauteur des engagements pour le climat et la santé de la planète, habitants humains et non humains, tous liés et heureux de l’être.

    Bon été caniculaire :)


    «  Ni aujourd’hui, ni plus tard  », les quatre blaireaux, soignés par l’Hôpital de la Faune Sauvage (*), ne recouvreront la liberté au mas de Suède de Frontignan. Cette annonce, malencontreusement donnée en page “Nature & Sciences” du 1er juin, a visiblement provoqué l’indignation de ceux qui veulent éradiquer les mal-aimés de la biodiversité. Qu’ils se rassurent donc et laissent en paix le propriétaire du domaine. Auquel Midi-Libre et Goupil Connexion présentent leurs excuses pour tous les désagréments provoqués.

    * Il s’agit d’une jeune femelle adulte trouvée mourante le 29 mars 19 accidentée sur une route au Mas Molène (30) avec une hémorragie abdominale, qui en urgence a été sauvée par une transfusion sanguine grâce à du sang de chien (250 ml de sang frais d’un gentil Am Staf nommé Morito, amené par une jeune volontaire en service civique de l’association, donneur de globules rouges…), et avec des fractures de la mâchoire et d’une patte, qui ont été traitées à l’HFS, complètement réparée deux mois après son admission.
    Mais qui, fait remarquable pour cette jeune femelle plutôt assez ’’douce’’ avec les soigneurs et les vétérinaires depuis le début : elle a su, une fois remise, contrairement à toutes les idées reçues et observées dans les centres de soins jusqu’à présent, « adopter » 3 jeunes blaireautins arrivés de 3 endroits différents, tous trois orphelins... Eux qui sans parents avaient l’avenir plus compliqué, car c’est tellement plus facile et simple de vivre en fratrie et d’être élevé en famille blaireau quand on est un blaireau, avec une adulte expérimentée de plus qui va leur montrer le chemin d’une vie à explorer.
    Grande chance pour eux tous déjà d’en être arrivés là en ce 2 juin 2019...

    Et maintenant, quel avenir pour eux  ?

    Pour cette famille recomposée qui étonne les scientifiques, l’association Goupil Connexion cherche un espace assez loin des hommes et des routes, si possible un vallon humide... un paradis pour la biodiversité européenne extraordinaire dont nous avons tous à prendre soin.

    Marre de devoir toujours tout faire en catimini pour tous ces animaux unilatéralement et sans aucun procès équitable encore et toujours jugés nuisibles par des nuls.

    L’appel est lancé.

    Merci pour eux, qui ont, comme nous tous, droit à une vie paisible.

    C.-S. FOL Journaliste à Midi Libre,
    et l’équipe de Goupil Connexion au chevet déjà de près 900 animaux sauvages depuis le début de l’année.

    Venez en soutien, venez en bénévole...
    L’été est démarré, des animaux arrivent de partout, l’équipe des permanents de tous âges de cet été vous attendent pour vous faire partager une expérience inoubliable.

    Besoin de mains aux multiples talents et d’énergies généreuses jusqu’à la fin août.
    Merci :)


    ... Si vous hésitiez encore à protéger les blaireaux... "y en a trop, ils détruisent tout etc"
    prenez 5 mn pour en savoir plus...
    2019, c’est le moment pour tous de sortir de l’ignorance.

    Essayez la bienveillance et la non violence, ça va nous porter chance, à vous, à eux et à tous les enfants du monde qui n’en peuvent plus de naître dans tant de violences d’un autre temps. Et de subir toutes ces agressions.

    C’est sûrement le moment d’apprendre à parler Blaireaux !

    Ici le site de référence français de notre amie Virginie Boyaval..

    Là, l’actualité sur l’ASPAS… et ce terrorisme si français encore infligé aux blaireaux.

    et aussi le triste sort qui leur est réservé en Angleterre où des milliers de blaireaux sont encore tués volontairement pour "soit-disant" éradiquer la tuberculose bovine
    alors qu’ils ne sont pas en cause...
    C’est comme les Bouquetins du Bargy actuellement tués "cause de Brucellose" (cherchez donc l’actualité là dessus et aussi, ici, sur le site de Goupil)…

    Ils ne sont que des BOUCS EMISSAIRES, si facilement choisis, ... car les animaux ne parlent pas notre langue, n’ont pas voix au chapitre.

    Ici un article du Monde

    ou ici,
    ou encore là...

    Que votre été soit doux et chaud et que vous sachiez en partager la saveur avec tous ceux que vous croiserez, humains comme non humains.

    Penser à l’autre que soi, c’est passer à l’autre, c’est devenir tout cela.
    Et c’est notre magnifique et extraordinaire seule aventure humaine qui progresse jour après jour.
    Merci de ne pas les oublier tous ces autres que nous qui ne parlent pas notre langue, tous des compagnons de notre belle route commune, irremplaçables...

    Devront- ils vivre dans des cages, dans des zoos, dans des camps de réfugiés, de délocalisés, protégés de la folie humaine... le temps que l’Homo Sapiens devienne sage partout où il met les pieds et les mains... ?

    À vous aussi d’agir.

    Nous on fait tout ce que l’on peut !
    Et on peut beaucoup à plusieurs si on s’y met.
    Merci.

    JPEG - 74.6 ko
    à son arrivée... la femelle bien mal en point
    JPEG - 70.3 ko
    à son arrivée... la femelle bien mal en point
    JPEG - 82.3 ko
    à son arrivée, femelle polytraumatisée sous perfusion et chaleur
    JPEG - 232 ko
    femelle sous transfusion
    JPEG - 214.3 ko
    femelle en transfusion de sang de chien (sans rouge dans le tuyau) qui lui a permis de sortir de son hémorragie abdominale
    JPEG - 311.7 ko
    le 1er bébé blaireau orphelin trouvé mourant dans le Gard... dans sa 1ère famille d’accueil (biberons et maternage)
    PNG - 416.4 ko
    Premiers contacts nocturnes (sous haute surveillance) entre la femelle (à D) et deux jeunes occupés à leurs affaires... Aucune agression de l’adulte sur les jeunes.
    JPEG - 100.7 ko
    dans la cage, en attendant désormais la liberté, un jeune le nez dans le ventre de la femelle qui s’inquiète du photographe... Bonheur retrouvé pour tous, mais en cage encore :)
    JPEG - 91.3 ko
    dans la cage de l’HFS, en attendant désormais la liberté, un jeune le nez dans le ventre de la femelle qui s’inquiète du photographe... Bonheur retrouvé pour tous, mais en cage encore :)